Accepted Paper:

"Le voyageur sans bagage" vs le récit des mobilités  

Author:

Denis Martouzet (Ecole Polytechnique de l'Université de Tours)

Paper short abstract:

Saisir la mobilité de l'individu suppose la mobilisation de ce qui a construit la personne. Cette mobilisation n'est pas sans contraindre l’enquêté. Nous proposons une évaluation de différents modes de captation du sens conféré aux mobilités, à l’aune de la sauvegarde de l’image de l’individu.

Paper long abstract:

Le récit des mobilités d'un individu est lui-même déjà un parcours qui suppose un bagage, composé, à travers les souvenirs, de l'ensemble de son passé, en tant qu'il a eu ou a encore une influence sur la personne, à l'image du thème, celui du poids du passé, contenu dans la pièce de théâtre de Jean Anouilh, «le voyageur sans bagage». De fait, mobiliser le passé n'est pas anodin et y «obliger», dans le cadre d'une enquête, n'est pas sans risque, tant pour l'enquêté que pour les résultats de recherche et leur validité. Nous proposons ainsi une évaluation de ce type d'enquête, relativement aux résultats obtenus et à leur validité et, en parallèle, relativement à la préservation de l'intégrité de la personne enquêtée vis-à-vis de l'enquêteur et vis-à-vis d'elle-même. Pour autant, le récit des mobilités n'est pas la seule façon d'avoir accès au sens que confère l'individu à ses déplacements et la comparaison avec d'autres modalités d'enquête (journal de bord, GPS), à partir d'investigations menées dans le cadre d'une recherche pour le compte du PUCA sur les valeurs et motivations présidant aux déplacements ordinaires et les justifications qui leur sont apportées, permettra, par contrepoint, de mettre en évidence certains points saillants du récit des mobilités.

Panel P30
Les sens des circulations : Les sens vécu, objectivé et pratique des mobilités spatiales (FR)