Accepted Paper:

Montagnes des champs, montagnes des villes. Usages, transformations et transmissions d'un imaginaire des hauts reliefs dans la Province du Chimborazo (Andes Centrales d'Équateur).  

Author:

Ibtissem Ben Dridi (EHESS)

Paper short abstract:

La montagne est l'axe à partir duquel je me propose d'étudier les usages, transformations et transmissions des « cosmovisions indigènes », au regard à la fois de ritualités ordinaires paysannes et d'élaborations plus ostentatoires s'insérant dans une mise en tourisme et patrimoine de la montagne.

Paper long abstract:

Depuis les années 1980, les « cosmovisions indigènes », et a fortiori les « savoirs traditionnels autochtones », ont connu en Équateur diverses valorisations. Qu'elles aient été portées par des acteurs catholiques investis par la Théologie de la Libération ou des leaders politiques indigènes, elles ont fini par être reconnues comme étant une spécificité culturelle à défendre, préserver, transmettre et promouvoir.

Des rites ordinaires, pratiqués dans l'intimité des foyers afin d'intercéder auprès des esprits-maîtres de l'environnement pour en obtenir les bonnes grâces, se sont ainsi retrouvés promus comme des signes manifestes d'une « profonde identité indigène ».

Dans le cadre notamment de la construction d'une société « plurinationale » et « interculturelle », promue par deux constitutions successives, il s'agira de comprendre comment les représentations et pratiques « autochtones » autour de la montagne et plus généralement de la nature, se trouvent aujourd'hui impliquées dans l'invention de nouveaux rituels voulant célébrer le rapport de l'homme à la nature, ainsi que dans des projets touristiques (Musée de la montagne) et patrimoniaux (Chimborazo, patrimoine de l'Humanité ou paysage culturel de l'Humanité), faisant de la montagne un objet à muséifier et patrimonialiser.

Nous montrerons comment s'y côtoient représentations indigènes de la montagne et fierté identitaire nationale, comment certaines formulations s'éloignent des pratiques effectives paysannes mais également comment une certaine reformulation de cette cosmovision pénètre doucement les communautés rurales. Un terrain effectué sur le long terme, jalonné par quatre enquêtes ethnographiques réalisées en 2004, 2005, 2006 et 2015, permettra d'évaluer cette lente mais sûre progression.

Panel RM-SPK04
Les « savoirs traditionnels autochtones » sur l'environnement, l'innovation permanente