Accepted Paper:

Gagner la guerre, perdre la paix ? Rebelles et politiciens dans la Côte d'Ivoire de l'après conflit  

Author:

Giulia Piccolino (Loughborough University)

Paper short abstract:

Ce papier analyse les conséquences de la victoire d’une coalition de différents acteurs militaires et politiques en Côte d’Ivoire. Il explore les conséquences que la transition à la paix a eu sur les rapports de force dans la coalition gagnante et leurs implications pour la gouvernance.

Paper long abstract:

Les groupes rebelles («insurgents») ont été un acteur incontournable dans l'histoire récente de nombreux pays africains. Des auteurs tels que Monica Duffy Toft et Jeremy Weinstein ont soutenu que la victoire des rebelles peut avoir des conséquences positives sur la gouvernance dans l'après-guerre, conduisant à une transformation profonde des institutions. Jusqu'à présent néanmoins les analyses se sont concentres sur peu de cas «emblématiques» comme le Rwanda et l'Uganda, ou des groups cohésifs et idéologiquement motives ont bâti des régimes autoritaires cohérents et efficaces. Dans ce papier, j'évalue les conséquences de la victoire militaire des opposants en Côte d'Ivoire, ou le gagnant n'a pas été un group cohésif mais une coalition composée de différents acteurs militaires et politiques. Même si les institutions créées par les rebelles des Forces Nouvelles (FN) dans la partie Nord du pays ont été officiellement démantelés, les réseaux des leaders des FN continuent à exister a côté des forces de sécurité et des institutions étatiques. J'analyse les conséquences que la transition de la guerre à la paix a eu sur les rapports de force dans la coalition gagnante au plan nationale et je présent aussi un projet de recherche en cours dont l'objectif est d'investiguer la transformation de la gouvernance au plan locale dans les zones anciennement contrôlées par les FN.

Panel P044
Ideology and Armed Struggle in Contemporary Africa