Accepted Paper:

Cartographier et compter les vivants, ou comment repeupler la nature   

Author:

Vanessa Manceron (CNRS)

Paper short abstract:

Qu'est ce qu'identifier, compter et cartographier les êtres vivants veut dire pour les naturalistes amateurs anglais ? Nous réfléchirons aux multiples motifs que recèle l'acte d'inventorier, à la croisée de mobilisations citoyennes, de préoccupations scientifiques et de relations éprouvées avec les vivants. Notre propos consistera à montrer comment les inventaires et les cartographies fonctionnent pour les naturalistes comme de véritables dispositifs de repeuplement de la nature.

Paper long abstract:

En Angleterre, le territoire national fait l'objet d'une observation minutieuse et systématique de l'ensemble des vivants qui le peuplent au moyen d'inventaires qui mobilisent un nombre croissant de naturalistes amateurs. Ces réseaux de "volontaires" qui se sont en quelque sorte substitués aux "naturalistes éclairés" des sociétés savantes en déclin connaissent un succès grandissant sous l'impulsion des politiques publiques environnementales. Cette évolution qui renouvelle tout en la prolongeant la tradition naturaliste anglaise se situe à la croisée d'injonctions sociales et politiques particulièrement fortes, mais aussi de motifs plus ténus qui ont trait à l'angoisse de la disparition progressive et irrémédiable de l'ensemble des vivants. L'hypothèse soutenue ici, est que l'énumération, la cartographie et l'identification des vivants sont, pour les naturalistes amateurs, de véritables dispositifs de repeuplement du monde, que l'accumulation, la mémorisation et la figuration rendent opérants et visibles.

Panel W052
Threats on biodiversity: species extinction and sentinel technologies