Accepted paper:

La mangrove de l'angoisse. Esquisse critique des angoisses et des tensions sociales autour de la préservation des mangroves en Martinique, 1980-2010.

Author:

Malcom Ferdinand

Paper short abstract:

A partir de l’analyse des discours des membres d’une association écologique en Martinique dénommée ASSAUPAMAR, nous montrerons comment l’ « écologisation » de la mangrove provoque des changements dans les perceptions de celle-ci, la situant dans un entrelacs d’angoisses et de tensions sociales.

Paper long abstract:

Depuis les années 1970, les thématiques de la protection de l'environnement occupent une place importante dans les discours des politiques publiques et les revendications associatives dans le monde. Ces discours ont contribué à un bouleversement des perceptions locales des objets désignés « naturels » à l'instar du passage d'une nature menaçante à une nature menacée mais aussi à une politisation de ces objets qui se retrouvent au cœur de tensions tant sociales que politiques. Traversée par ces discours, la société martiniquaise est elle aussi le théâtre de tels changements et affrontements comme en témoigne la protection des mangroves situées le long des littoraux de l'île. Tout d'abord, les mangroves qui représentent l'un des enjeux majeurs des politiques de conservation, sont aussi connues pour être les repères de moustiques susceptibles de donner lieu à des épidémies. Aussi l'érection de ces espaces peu accueillants en « écosystèmes fragiles » a-t-elle pour corollaire de les maintenir de par leurs imprévisibilités (menaçants ou menacés), au centre d'angoisses. Puis, dans cette société post-esclavagiste où perdurent des tensions sociales issues d'un passé colonial, les revendications autour de la préservation des mangroves révèlent également un conflit au sujet de la gouvernance de ces espaces communs entre collectifs écologistes locaux, propriétaires terriens et autorités étatiques où se déversent peurs et colères. A partir de l'analyse des discours des membres d'une association écologique en Martinique dénommée ASSAUPAMAR, nous montrerons comment l'écologisation de l'espace place « l'objet naturel », ici la mangrove, dans un entrelacs d'angoisses et de tensions sociales.

panel W089
Peur bleue, angoisses vertes : inquiétudes et incertitudes autour des objets naturels/ Blue funk, green anguishes: disquiet and uncertainty about natural objects (FR-EN)