Accepted Paper:

Plan de gestion des espaces maritimes et rahui à Teahupoo (Tahiti)  

Author:

Magali Verducci

Paper Short Abstract:

Analyse des raisons qui poussent les pêcheurs de la commune de Teahupoo à rejeter ou être réticent à la mise en place d'un plan de gestion des espaces maritimes, interrogation sur les préférences vis à vis de ce qu'ils qualifient de rahui.

Paper long abstract:

Afin de préserver la biodiversité et de permettre une exploitation durable des ressources marines, la Polynésie française s'est dotée d'outils réglementaires « modernes », comme le Plan de Gestion des Espaces Maritimes (P.G.E.M.). Cet outil de gestion participative semble en théorie parfaitement adapté aux lagons de Polynésie française. Or, le P.G.E.M. se heurte à de nombreux obstacles et se révèle en réalité très difficile à mettre en place. Au niveau de la commune de Teahupoo, une part non négligeable des pêcheurs semble être défavorable à la mise en place d'aires marines protégées et/ou de P.G.E.M., qu'ils associent notamment à la privation d'un espace. En revanche, bon nombre d'entre eux serait favorable au rahui, qui constitue un concept de gestion traditionnelle auquel ils semblent adhérer, et parfois même par principe : certains d'entre eux, qui y semblent favorables, peinent à le définir. Notre intervention propose donc d'analyser les raisons qui poussent les pêcheurs de la commune de Teahupoo à rejeter ou à être réticent à la mise en place d'un P.G.E.M., et s'interroge sur ce qui les pousse à préférer les mesures qu'ils qualifient de rahui. Nous préciserons notamment en quoi, dans la catégorie des acteurs, le rahui pourrait être une forme de P.G.E.M. et en quoi celui-ci s'en distingue nettement.

Panel P43
Rahui and local organizations in Polynesia