RM-LL07


Un Canadien errant: moorings, mobilities and transformative restructurations of francophone Canada [LingAnthLing panel] 
Convenorss:
Monica Heller (University of Toronto)
Chedly Belkhodja
Stream:
Relational movements: Lively Languages/Mouvements relationnels: Langues vivantes
Location:
TBT 319
Start time:
3 May, 2017 at 8:30 (UTC+0)
Session slots:
1

Short Abstract:

Ce panel bilingue examine les mobilités de la nation franco-canadienne. Loin d'une nation enracinée, le Canada francophone produit des errances depuis ses débuts. Souvent romanticisée ou effacée, cette mobilité est en fait pertinente à toute politique linguistique d'immigration et de citoyenneté.

Long Abstract

Ce panel bilingue examine les mobilités qui caractérisent l'idée de la nation franco-canadienne, historiquement comme de nos jours. Souvent romanticisées ou effacées, ces mobilités structurent la citoyenneté franco-canadienne. Elles sont pertinentes aux concepts politiques (la dualité linguistique canadienne, l'autonomie francophone), et aux inclusions et exclusions qu'ils produisent; elles sont donc pertinentes pour les politiques linguistiques et d'immigration qui façonnent la citoyenneté. Nous examinons les possibilités d'ancrage et de mobilité pour différents acteurs sociaux, notamment celles touchant au statut légitime de « francophone », «bilingue » ou « citoyen-ne du monde », dans les divers marchés linguistiques accessibles.

Nous examinerons trois aspects de ces mobilités par le biais d'études de cas ethnographiques et historiques réalisées à travers le Canada. Le premier aspect concerne les processus de recrutement et les pratiques de socialisation des nouveaux arrivants (immigrants, étudiants internationaux, travailleurs temporaires). Quel lien y a-t-il entre les processus formels de recrutement et d'établissement, et les expériences de vie concrètes des individus? Comment en fait-on de « bons francophones », et avec quelles conséquences? Le deuxième aspect vise des formes de circulation qui passent sous le radar, puisque non recensables, i.e. celle s des jeunes adultes en quête de modes de vie alternatives, de l'apprentissage de l'anglais, ou d'une citoyenneté globale. Quel rôle joue leur francité dans ces parcours? Finalement, le troisième aspect concerne les parcours pendulaires qui relient deux marchés linguistiques et qui se construisent mutuellement, comme la ville et la région, ou le Québec et les autres provinces canadiennes.

Accepted papers:

Authors:

Gabrielle Breton-Carbonneau (Ontario Institue for Studies in Education )
Monica Heller (University of Toronto)

Paper short abstract:

The ambivalent relationships of young Franco-Manitobans to Manitoba and Montréal highlight tensions between both as sources of francophone legitimacy. This sends people across the continent, through complex networks, signalling ambivalences linked to settler colonialism and minority ethnonationalism.

Paper long abstract:

This paper explores the ambivalent relationships of young educated Franco-Manitobans to Manitoba and Montréal, manifested in geographical mobility back and forth between the two, with side trips around the world. It is based on recent ethnographic work in Manitoba and interviews with young Franco-Manitobans in Montréal who have moved there, either temporarily or more permanently, as well as with their friends and members of their families in Manitoba.

The ambivalence results from a tension between the two spaces as sources of francophone legitimacy. Montréal has long been understood as the French Canadian metropole, but it is also the cultural capital of a Quebec that devalues the rest of francophone North America. Manitoba has long been understood as the capital of the francophone West, but it is also a space dominated by English-speakers.

Thus, relocating to Québec is fraught in two ways. On the one hand lies the risk of betraying the Franco-Manitoban community, understood to require solidarity in the constant struggle against the dominance of English and of English-speakers, as well as, more recently, for reconciliation with French-speaking Métis. On the other hand lies the risk of not being accepted by francophone Québécois as fully legitimate French Canadians. The resulting ambivalence sends people back and forth across the continent, and into and out of francophone, anglophone and complex plural transnational and cosmopolitan networks. These tensions, we argue, signal broader contemporary ambivalences linked to settler colonialism and minority ethnonationalism.

Authors:

Anne Sophie Roussel (University of Toronto)
Chedly Belkhodja

Paper short abstract:

Cette communication s'intéresse à une ville périphérique du Québec cherchant à attirer de nouveaux arrivants. En se penchant sur la place des institutions post-secondaires dans ce projet, nous discutons comment l'expérience de deux populations mobiles, étudiants étrangers et immigrants, convergent.

Paper long abstract:

Dans l'imaginaire nord-américain, l'(im)migration s'oriente vers les grandes villes, même si les mobilités prennent de nombreuses formes. Cette communication bilingue se penche sur le cas des milieux périphériques francophones au Québec qui—tout comme dans le reste du Canada—ressentent le besoin de combler leurs déficits démographiques et veiller à leur développement socioéconomique à travers la venue de nouveaux arrivants (immigrants, étudiants étrangers, travailleurs temporaires, néo-ruraux). Les institutions d'enseignement post-secondaires sont centrales à ce projet.

Nous examinerons ces stratégies d'attraction, de recrutement et de rétention à travers le cas de Rimouski, une petite ville francophone de l'Est-du-Québec. Spécifiquement, nous nous pencherons sur deux populations : les étudiants Réunionnais francophones, ciblés par un protocole Québec-Réunion signé en 2007, et les immigrants qualifiés. En mettant en conversation les stratégies mises en place pour attirer ces deux populations ainsi que l'expérience de ces personnes mobiles, nous observons les façons dont elles convergent. D'un côté, les étudiants étrangers sont maintenant perçus comme des immigrants potentiels qui, ayant connu les régions périphériques, auront tendance à s'y installer de façon permanente. De l'autre, les immigrants qualifiés sont attirés par la présence d'établissements postsecondaires pour des projets de retour aux études. Cependant, l'expérience de ces individus face à une petite localité et un marché de l'emploi francophone complique les scénarios dictés par ces stratégies et la capacité de rétention de ces populations à Rimouski, venant contredire les discours officiels sur le rôle clé des régions dans le projet national québécois.

Authors:

Tessa Bonduelle (University of Toronto)
Yves Frenette (Université de Saint-Boniface)

Paper short abstract:

Dans cette communication, nous étudierons la présence historique des Libano-Syriens dans la région québécoise du Bas-Saint-Laurent : leur établissement, leur déploiement dans l’espace, leurs stratégies socioéconomiques, leurs relations avec la population majoritaire, les traces qu’ils ont laissées.

Paper long abstract:

Dans cette communication, nous étudierons la présence libano-syrienne au Bas-Saint-Laurent, région du Québec presque toujours représentée comme ethnoculturellement homogène. Après avoir esquissé le contexte proche-oriental et nord-américain des migrations libano-syriennes au tournant du XXe siècle, nous observerons le déploiement régional des pionniers, à l'aune des stratégies familiales d'établissement commercial. Nous verrons comment des Libano-Syriens réémigrèrent parfois ailleurs au Canada et aux Etats-Unis dans une même logique commerciale. Nous nous pencherons ensuite, au fil des générations, sur les relations des Libano-Syriens avec la population majoritaire de la région. Trois types de rapports prédominèrent : les relations commerciales avec les Canadiens français, les alliances matrimoniales des deux groupes en contexte de déséquilibre des sexes, le partage de la religion catholique. Enfin, nous explorerons les traces mémorielles de la présence libano-syrienne.

Pour mieux comprendre l'expérience des Libano-Syriens, nous ferons interagir plusieurs échelles spatiales : le pont Levant - Amérique du Nord, la nation canadienne, la région bas-laurentienne, les petits groupements de localités où ils ont évolué sur plusieurs générations et les réseaux familiaux. Nos méthodes seront celles de l'enquête historique et de l'enquête ethnologique, c'est-à-dire que nous nous appuierons sur des documents de divers types : listes nominatives, généalogies, entrevues, etc.